Histoire et origine de la guitare

Histoire et origine de la guitare

Les premières traces d’un instrument de musique cordophone ressemblant à une guitare remontent à l’antiquité, tel qu’il est montré sur les fresques babyloniennes et égyptiennes. Ce qui laisse entendre que la guitare a dû traverser les siècles avant de parvenir jusqu’à nous. Voici l’origine et l’histoire de cet instrument.

La guitare : une origine millénaire

Outre les fresques babyloniennes et égyptiennes, représentant des joueurs d’instruments à cordes, qui datent de 2000 ans avant notre ère, l’étymologie du mot guitare nous ramène vers des civilisations anciennes du bassin méditerranéen. Quelques chercheurs attribuent l’origine du mot guitare au vieux persan ki-tˉar (ki signifiant « trois », et tˉar, « cordes »). De même, les Egyptiens, les Grecs, les Assyriens et les Chaldéens utilisaient des mots apparentés au ki-tˉar pour désigner leurs instruments à cordes pincées, qui connaissaient des variantes propres à chaque peuple. Tout porte à croire qu’un instrument cordophone, apparenté à la guitare fut connu des cours royales européennes du moyen âge, car le mot « quitarre » fut mentionné dans Roman de la Rose de Jean de Meung, un roman daté du XIIIème siècle.

Histoire de la guitare

Introduite en Espagne par les Maures, la guitare, sous sa forme ancienne, s’est développée sous le terme de vihuela. La vihuela de mano qui est un instrument à cordes pincées, joué avec les mains, en est une variante. Popularisé dans la péninsule ibérique, il connaît l’essor durant des siècles car des recueils de répertoires de musique pour vihuela se sont vite répandus.

Du moyen-âge à l’ère moderne

Déjà au XVIème siècle, la guitare qui avait 4 cordes apparaissait comme un instrument relativement petit, comparé à la vihuela qui comptait 6 cordes et un manche à dix frettes. Cependant, avec l’apparition d’une technique de jeu innovante, la vihuela tombe en désuétude au profit de la guitare qui s’est vu dotée d’un cinquième chœur et d’une apparence plus esthétique. L’Europe tombe sous le charme de la « Guitare Espagnole ».

La guitare moderne : du XIXème siècle à nos jours

Après avoir connu la gloire, durant le premiers tiers du XIXème siècle, la guitare est reléguée au rang d’instrument domestique, à cause de son faible volume sonore. C’est en 1874 que le luthier espagnol Antonio de Torres lui a rendu sa notoriété, en lui donnant la forme et les dimensions de la guitare classique telle que nous la connaissons aujourd’hui.
Cependant, la faiblesse du volume sonore persiste. En effet, le son de la guitare est étouffé par les puissances sonores des autres instruments comme les trompettes, dans une formation de jazz. Il a fallu attendre la découverte de l’amplificateur de son, au début du XXème siècle pour qu’une nouvelle génération de guitare voit le jour : la guitare électrique, commercialisée pour la première fois dans les années 30.
De même, avec la notoriété que connaissaient les premières générations de Cowboy chanteurs, la guitare classique a été revisitée par le luthier Christian Frederick Martin, vers la fin du XIXème siècle. Il en résulte un autre type de guitare, caractérisé par un corps plus massif et des cordes métalliques. L’Amérique est conquise par la guitare acoustique folk.
Actuellement, la guitare est classifiée selon ces trois types connus, la guitare classique, la guitare folk et la guitare électrique.